Rabattre la lunette des toilettes… ou pas

Combien de fois avez-vous déjà eu cette discussion : « les hommes doivent-ils rabattre la lunette des toilettes après y être passés ? » ?

Toilettes neutres
Source : Chez moi

Pour peu que dans le groupe se trouvent des partisans des réponses opposées, les esprits vont s’échauffer et les postures s’extrémiser. La discussion sera rarement constructive. Tout le monde passera au sujet suivant légèrement agacé. Les relations se seront légèrement abîmées entre lesdits partisans qui ne se seront pas entendus.

Pouvons-nous pour une fois véritablement traiter la question ?

Rabattre la lunette des toilettes n’a pas de sens

On fait généralement du geste soit une affaire d’éducation soit une affaire de féminisme. Examinons un instant chacune des deux postures.

Une affaire d’éducation ?

Il s’agirait d’un geste de politesse pour éviter à la personne qui vient ensuite de risquer de s’assoir directement sur le bord de la cuvette en porcelaine qui est étroit, froid et possiblement sale.

Dans les faits, l’usage des toilettes par les femmes fait que la question ne se pose pas pour elles. La lunette est déjà baissée quand elles ont fini. Seuls les hommes doivent faire cette politesse à autrui. Mais à qui ? L’usage des toilettes par les hommes fait que cela les arrange régulièrement que la lunette soit déjà levée quand ils se présentent. Aux femmes donc.

En synthèse, le soi-disant geste de politesse n’est pas asexué : ce sont les hommes qui rendent un service aux femmes.

Une affaire de féminisme alors ?

On se dit alors qu’il s’agit de respect aux femmes. Si l’on cherche la définition du mot « féminisme », on trouve généralement deux acceptions, qui sont pourtant très différentes, voire opposées.

Le Larousse définit le féminisme comme le « mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société ». Wikipédia propose plutôt un « ensemble de mouvements et d’idées philosophiques qui partagent un but commun : définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes ». Google synthétise : « Doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société ».

Alors extension du rôle de la femme dans la société ou égalité entre hommes et femmes ?

Pour ma part, je crois qu’il s’agit d’étendre le rôle de la femme autant que nécessaire jusqu’à atteindre l’égalité hommes-femmes. Etendre indéfiniment le rôle des femmes, au détriment de celui des hommes, n’aurait pas de sens.

Admettons donc qu’être féministe (et défendre cette posture), c’est viser l’égalité hommes-femmes. Nous venons de voir que le geste de rabattre la lunette des toilettes est un service rendu exclusivement par les hommes exclusivement aux femmes. Quelle égalité des sexes y’a-t-il à cela ?

Ni l’un, ni l’autre

Aucune des deux raisons évoquées ne semble tenir quand on y regarde de plus près. N’est-il donc pas temps d’abandonner la pratique, les reproches aux hommes et les discussions stériles ?

Ah, mais voilà que j’entends la botte secrète « C’est une question d’hygiène ! ».

Pour l’hygiène, baisser l’abattant avant de tirer la chasse

J’évoquais tout à l’heure l’idée que le bord de la cuvette était possiblement sale.

Il se peut en effet que des gouttelettes d’urine s’y soit déposées à l’usage des toilettes par ces messieurs. Un geste rapide avec du papier toilette en retire l’essentiel et un nettoyage régulier avec les produits adaptés est généralement prévu pour cet espace du quotidien. Néanmoins au jour le jour, il est vrai qu’il reste un des endroits les plus chargés en bactéries. Il est donc souhaitable d’éviter de s’assoir directement sur la cuvette en porcelaine et d’y préférer la lunette… à condition qu’elle soit propre.

Pourquoi la lunette ne serait-elle pas propre ?

Parce que chaque chasse d’eau tirée propulse des milliers de micro-gouttelettes dans l’air. Ces micro-gouttelettes contiennent essentiellement de l’eau mais aussi des résidus d’urine et de matière fécale. Elles se déposent sur toutes les surfaces accessibles au moment où la chasse est tirée. C’est précisément à cela que sert l’abattant des toilettes : abaissé, l’abattant réduit considérablement les surfaces accessibles à ce nuage de micro-gouttelettes. Si l’abattant est levé lorsqu’on tire la chasse, la lunette devient aussi sale sinon plus que le bord de la cuvette.

Une récente étude par des chercheurs de l’université du Colorado, publiée début décembre 2022 dans la revue scientifique The Nature, a mis en images ce phénomène. Et comme « un bon croquis vaut mieux qu’un long discours »…

En bref, laisser la lunette tranquille et penser à l’abattant !

Mesdames et Messieurs, nous pouvons oublier la règle insensée sur rabattre la lunette des toilettes.

En revanche, ne faisons pas l’impasse sur le fait de toujours baisser l’abattant des toilettes avant de tirer la chasse. Et faisons-en une affaire d’éducation afin que nos enfants, filles et garçons, prennent au plus tôt cette simple et saine habitude.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 12 =